Pleine Conscience

Chacun des actes de nos vies peut contenir simplicité et précision, et exprimer de la sorte une beauté et une dignité incommensurables. Chögyam Trungpa
process-bg-holder
Marche dans la nature
Réduction du stress
Santé
Libération
Ouverture

Issue des pratiques méditatives bouddhistes, la Pleine Conscience est une pratique laïque qui s’est développée en Occident depuis 30 ans, sous l’impulsion de Jon Kabat Zin, médecin et biologiste moléculaire. Depuis, de nombreux travaux scientifiques (Ressources), ont montré les effets réparateurs et préventifs de cette pratique.

Christophe André, (psychiatre utilisant la Pleine Conscience dans ses protocoles de soin), propose cette définition qui me parait très juste :

« Un état de présence à soi et au monde intense et non réactive permettant:

  • La pacification émotionnelle (Samatha)
  • La clarification intellectuelle (Vipassana)
  • L’entrainement de l’esprit (Bhavana) »

Celle-ci amène de la clarté et un bien être général, physique et psychologique. En étant présent à soi et à la réalité de notre expérience, moment après moment, nous développons notre sérénité, notre ouverture sur le monde, notre confiance, notre bienveillance.

De manière plus spécifique, cet entrainement de l’esprit a un impact sur les troubles physiques et psychiques tels que :

  • Stress et les troubles physiques associés
  • Ruminations mentales
  • Troubles émotionnels
  • Troubles du sommeil
  • Douleur physique
  • Burn-out
  • Difficultés  relationnelles

Il existe des contre-indications à la pratique de la méditation de Pleine Conscience dans les cas suivants, qui demandent un traitement adapté :

  • Dépression en phase aiguë
  • Trouble bipolaire non stabilisé
  • Troubles dissociatifs et psychotiques 
  • Attaques de panique récurrentes
Il n'y a nul lieu ou je doive me rendre, nulle chose que j'aie à faire, qui ne puissent attendre un moment de plus, pourvu que j'y sois pleinement présent. Si l'urgence extérieure existe rarement, il y a toujours une urgence intérieure, habituellement causée par l'impatience et une forme inconsciente d'anxiété. Jon Kabat Zin

Concrètement…

Il ne s’agit ni de faire le vide, ni de se couper du monde, mais bien plutôt de s’engager pleinement avec son corps et son esprit dans l’expérience immédiate quelque soit sa tonalité. C’est très simple et très direct. Pour cela, on apprend en premier lieu à s’arrêter…et à instaurer une pratique régulière. C’est un processus, c’est donc progressif et doux mais constant.

L’objet des pratiques dites formelles, (assise, allongée, marchée), est de nous entraîner à toujours revenir à notre expérience immédiate. Nous développons notre attention vers la respiration, le corps, le mouvement de la vie en nous et autour de nous. La posture en lotus n’est pas une obligation, une chaise convient parfaitement.

Nous travaillons aussi sur la dimension du non jugement et de la bienveillance, une composante essentielle de la Pleine Conscience.

Dans notre quotidien, nous prenons le temps de nous connecter directement à notre vie. C’est l’objet des pratiques dites informelles.

C’est ceci que je vous propose lors de mes cours en groupe et individuel, avec pour souhait de marcher avec vous vers ce mode de vie libérateur dans la lignée de ses racines bouddhistes.